Faculté de Lettres de l’Université d’Osaka et Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Colloque franco-japonais

Comment penser l’histoire du Japon antique ? Quels objets, quels documents pour quelle compréhension ?

<< Programme

L’apport de la documentation iconographique dans la reconstitution du monde antique : l’exemple du Rouleau illustré des Cérémonies annuelles à la cour (Nenjū gyōji emaki)

Estelle LEGGERI-BAUER (Inalco)

Les Cérémonies annuelles à la cour (Nenjûgyôji emaki) désignent un ensemble de soixante rouleaux commandé par l’empereur retiré Goshirakawa-in, dont on situe la réalisation entre 1157 et 1179. Cette œuvre figure en détail les événements ponctuant la vie de la cour, des hauts dignitaires, mais aussi du petit peuple. Elle constitue à cet égard une source d’une immense richesse pour les historiens de la vie matérielle mais aussi des mentalités, des émotions ou des sensibilités ; elle est d’autant plus précieuse qu’il ne subsiste que très peu de traces matérielles de la plus grande ville du Japon dans la deuxième moitié du XIIe siècle.

L’œuvre originale a toutefois été perdue dans un incendie en 1661 et elle n’est que partiellement connue de nos jours par des copies (ou des copies de copies) de l’époque d’Edo. Les images dont nous disposons doivent ainsi être soumises à plusieurs examens critiques : ce sont des copies et non pas l’original ; les images de l’original elles-mêmes sont des constructions répondant notamment aux souhaits du commanditaire ; il faut aussi tenir compte du rôle joué par les peintres dans le processus de réalisation.

Dans cette communication, après avoir fait une présentation générale du Nenjûgyôji emaki, de son contenu, des problèmes que cette œuvre soulève, et avoir donné en exemple quelques usages que les historiens ont pu en faire, nous examinerons en particulier les scènes figurant le Grand banquet de Nouvel an (Daijin taikyô).


Estelle LEGGERI-BAUER, docteur en histoire de l’art du Japon (Inalco, 2001). Maître de conférences (2001-2015) et professeur de langue et civilisation du Japon classique depuis 2015 (Inalco). Membre du Centre d’Etudes Japonaises (Inalco). Domaines de recherche : peinture narrative (rouleaux de récits historiques et de légendes, illustrations du Roman du Genji) ; iconographie ; histoire des discours sur la peinture. Publications : Le Dit du Genji illustré par la peinture traditionnelle japonaise du XIIe au XVIIe siècle, Diane de Selliers, Paris, 2007, 2008 ; Des mérites comparés du saké et du riz, illustrés par un rouleau japonais du XVIIe siècle, avec la collaboration de V. Béranger et C.-A. Brisset, Diane de Selliers / BnF, 2014.